Compagnons de table depuis toujours, le sel est indémodable et, dans bien des cas, indispensable. Tout le monde sait qu’il n’est pas tout à fait recommandé de saler ses plats. Et, alors que vous arborez une mine coupable tout en tapotant légèrement le dessus de votre salière, voir cette poudre blanche se déposer délicatement sur votre plat vous fait saliver d’avance et bien plus encore lorsque vos papilles frémiront à son contact.

Mais saviez-vous que ce petit filou de condiment est en grande partie responsable du surplus de graisse que nous stockons ?

 

Ça se passe dans la tête ?

Une fois n’est pas coutume, chez Excelsior on cherche avant tout à comprendre, pour savoir se doter des meilleures armes. Et comme bien souvent, la plupart des réponses se situent dans notre psyché ou alentours et ici, c’est une étude réalisée par deux psychiatres en Floride, qui nous démontre à quel point la consommation de sel peut devenir un problème :

A petite dose on ne constate bien évidemment pas de réels problèmes (auprès de personnes n’ayant pas sensibilité à la consommation de sel bien sûr) et le plat peut effectivement être bien meilleurs en bouche. Mais là où réside toute la malice se situe bel et bien dans notre tête.

En effet, une fois l’habitude de saler ses plats installée, le cerveau va tout simplement nous faire comprendre qu’il ADORE ça ! Et pour quelle raison ? Pour les mêmes que la morphine peut devenir une drogue pour certains.

C’est-à-dire, plus précisément, que le sel, une fois dans l’organisme va agir exactement comme d’autres opiacés agissent dans le cerveau (morphine donc, mais aussi méthadone ou narcotine pour les plus connues). Le sel va agir de manière bien plus minime certes, mais l’on retrouve exactement le même schéma de récompense et de plaisir que pour une réelle addiction voire une dépendance, au même titre que la cigarette, le sucre, les drogues, j’en passe et des meilleurs…

 

Et comme le cerveau adore le sel il va créer une réelle sensation de plaisir lorsque l’on va en manger. Mais attention, car ce phénomène s’épuise lentement, comme la plupart des addictions en fait. Et il va falloir augmenter la dose régulièrement pour obtenir le même goût en bouche. On créer une habitude et il en faut toujours plus parvenir à être satisfait.

Donc facilement et instinctivement, quand on commence à saler ses plats, on va avoir tendance, sans s’en rendre forcément compte, à les saler de plus en plus. Cela est très progressif et, selon les personnes, il pourra s’écouler 30 ans entre le passage d’une consommation « saine » vers une consommation « malsaine ». Mais pour d’autre personne, le même processus peut ne prendre qu’une petite année, selon qu’elle soit très réceptive au sel, ou non.

 

 

Un peu de sel sur mes hanches…

Ce qu’il faut savoir, c’est que le sel est extrêmement acidifiant pour notre organisme. Dans le livre Excelsior Nutrition, il est expliqué que la majeure partie de notre population possède un organisme trop acide, induisant aussi un état inflammatoire chronique, qui explique énormément de problèmes de santé.

Sans compter que notre corps va vouloir retenir un maximum d’eau pour contrer tout le sel qu’il contient, ce dernier va également causer beaucoup de tort à nos reins, en les rendant malades et déformés.

Mais outre ce fait néfaste pour la santé, le sel va donc acidifier l’organisme, et, de manière très vulgaire, va faire baigner nos muscles dans un bain d’acide et va les faire fondre. Ceci a été prouvé très récemment par des chercheurs danois, qui expliquaient qu’à chaque fois que l’on ingère 6 grammes de sel, on subit, à terme, une perte de masse maigre (muscle + os) de 0,21 kg et l’on gagne 0,24 kg de graisse. Echange à perte n’est-ce pas ?

Dernièrement, une autre étude démontre qu’en ajoutant un tout petit gramme de sel en plus par jour dans notre alimentation, on augmente le risque d’obésité de 25 % !

 

Ceci peut être extrêmement surprenant à apprendre. Mais finalement cela explique également énormément de chose au niveau des problèmes de santé en général, mais aussi des problèmes liés à la prise de poids.

 

 

La magie de savoir ce que l’on veut

Heureusement, et ce ne sera pas très surprenant : il est très facile de réduire sa consommation de sel, et donc de retrouver des muscles fermes et une plus belle silhouette rien qu’en éliminant cet intrus dans notre alimentation.

Bien sûr, il n’est pas recommandé de l’éliminer d’un coup d’un seul, mais bel et bien d’y aller progressivement. Pour réhabituer son corps à se défaire de cette dépendance. Car oui, nous sommes tous plus ou moins dépendant de ce délicieux tentateur.

 

Vous l’aurez compris, il existe des habitudes saines à mettre en place pour réduire, sans se forcer, sa consommation personnelle de sel. Pour cela il suffit de ne manger aucun de ces plats préparés que l’on retrouve partout en grandes surfaces, pour commencer. Mais aussi d’éviter les charcuteries trop transformées comme le bacon, le saucisson, le jambon en barquette, ainsi que les chips et noix salées, par exemples.

Encore une fois l’on pourrait se dire : « Encore un truc qu’il va falloir que j’élimine, ça se résume toujours à ça : choisir entre me faire plaisir ou rester en bonne santé ?! ». Mais dîtes vous que notre cerveau est encore un bébé à l’échelle de l’évolution humaine, ça ne fait pas si longtemps que l’humanité consomme du sel. C’est le même problème que pour le sucre, et je terminerais cet article avec une métaphore qui illustre parfaitement cette vision des choses :

A l’échelle de l’évolution de l’humanité, c’est comme si notre cerveau venait de trouver le placard à bonbon que mère nature avait pris soin de nous cacher, pour que nous ne tombions pas malade.

 

Sachant cela, il est normal que nous fassions des caprices pareils à l’idée du manque de sel, de sucre, de céréales et autre. A nous d’être suffisamment mature pour nous offrir ce dont nous avons réellement besoin. Et notre corps nous en remerciera de bien des manières…

 

J’espère que cet article vous aura plu ! Bien sûr ces informations sont tirées en partie de mon programme et livre « Excelsior Nutrition » que je vous invite à découvrir pour vous lancer sur le chemin de la perte de poids naturelle et saine.

 

Au final, ce qu’il faut retenir :

 

  • On mange 2 fois trop de sel, au moins.
  • Ce dernier rend nos reins malades.
  • Il fait fondre nos muscles.
  • Il force l’organisme à retenir de l’eau pour le contrer, ce qui crée de l’hypertension artérielle.
  • 6 grammes de sel = – 0,21 kg de muscle et os ET + 0,24 kg de graisse
  • 1 gramme de sel = 1 chance sur 4 de favoriser l’obésité.

 

Vous trouverez un autre article sur la pleine conscience, qui est un outil extrêmement puissant pour se rendre compte de l’importance de réguler son apport en sel et surtout, d’y parvenir de manière aussi efficace que si un hypnothérapeute vous avait « envouté » pour éviter avec une aisance déconcertante ce condiment qui est au centre de cet article depuis tout à l’heure !

 

Et vous, plutôt salé ou sucré ?

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux !

COMMENCE TA PRISE DE MASSE SANS GRAISSE MAINTENANT

Télécharge gratuitement mon dernier ebook : "24 Repas pour ta Prise de Masse sans Graisse"

L'Exigence Nutrition, pour celles et ceux qui savent ce que signifie "S'ENTRAÎNER"

Parfait ! Un email arrive pour te donner accès à ton ebook

INDIQUE TON ADRESSE MAIL POUR RECEVOIR GRATUITEMENT CET EBOOK

Parfait ! Un email arrive pour te donner accès à ton ebook